Adralmanecha

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adralmanecha

Message  Olivier le Mer 31 Déc - 20:30

Salut à tous.

j'ai voulu copié collé ma chère fic...
Mais elle est trop longue.
Voici le lien, merci de poster ici ou sur l'ancien forum vos impression ou avis : http://mimiforum.mimigyaru.com/viewtopic.php?t=2718
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Nono le Mer 31 Déc - 21:27

pourquoi tu le fais pas en plusieurs fois ? J'ai pas envie de voir ta fic disparaitre :/
avatar
Nono
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Vierge Chèvre
Messages : 429
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/12/2008
Age : 26
Localisation : Bateau Volant

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  tk le Jeu 1 Jan - 2:43

Moi je l'aime autant que je l'ai toujours aimé^^
avatar
tk
Archer
Archer

Cancer Coq
Messages : 961
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 24
Localisation : Entre deux tranche de pains

Stats
Niveau: 1
HP :
35/35  (35/35)
MP :
18/18  (18/18)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.tae-noodle.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 16:39

Merci à tous les 2 mais....
Les 2 forum où elle était ont été supprimés.
Je vais devoir la recherher... Et je sais pas où elle est.... Crying or Very sad
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Montblanc!!! le Dim 4 Jan - 19:03

Moi aussi j'ai oublié de Cop/Col ma fic Evil or Very Mad et la flemme de recommencer ^^

__________________________________
Je suis un Mog lépanthrope!!! Kupo!

avatar
Montblanc!!!
Mage Noir
Mage Noir

Messages : 239
Réputation : 2
Date d'inscription : 18/12/2008
Localisation : Ivalice, Port Baguba, avec mes frérots Luth et Nono!

Stats
Niveau: 1
HP :
26/26  (26/26)
MP :
27/27  (27/27)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 19:04

Tu parles pour ma fic ?
Si oui, et bien.. merci.
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Montblanc!!! le Dim 4 Jan - 19:10

Ben oui elle est franchement bien écrite (quand je l'ai lue bien sur)

__________________________________
Je suis un Mog lépanthrope!!! Kupo!

avatar
Montblanc!!!
Mage Noir
Mage Noir

Messages : 239
Réputation : 2
Date d'inscription : 18/12/2008
Localisation : Ivalice, Port Baguba, avec mes frérots Luth et Nono!

Stats
Niveau: 1
HP :
26/26  (26/26)
MP :
27/27  (27/27)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  tk le Dim 4 Jan - 20:02

Ol ta de la chance!

Je l'avais mis sur mon blog^^

takeru33.skyrock.com
avatar
tk
Archer
Archer

Cancer Coq
Messages : 961
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 24
Localisation : Entre deux tranche de pains

Stats
Niveau: 1
HP :
35/35  (35/35)
MP :
18/18  (18/18)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.tae-noodle.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:11

Merci Tk !! je la met chapitre par chapitre

CHAPITRE 1 : Dans la forêt...

Sous le soleil couchant, la cohorte d'orques et de gobelins fit halte. Les nombreuses lances et épées arrêtèrent de s'entrechoquer.
« Plus un bruit vous aut' »
C'était un immense orque noir qui avait parlé, contrairement aux autres orques, le chef portait des armes bien entretenues et son bouclier était là pour le défendre et non pour la parade.
« Mais, Gukkor..., dit un petit gobelin d'une voie timide, si on ne peux même plus s'amuser... »
L'orque noir jeta un regard insistant au gobelin téméraire qui sembla encore plus petit
Il y eut un craquement et un arbre s'abattit à coté de lui.
« Et pas touche aux arbres vermine, beugla t-il, ou je ferait sauter quelques têtes. Vous voulez vraiment nous faire repérer ? Monter le camp au lieu de vous amuser. Et le premier que j'entends je le chatouillerais avec ma lance. »
Si ce n'avait pas été Gukkor qui avait donné cet ordre, le camp aurait été repérable à dix lieux elfes à la ronde, mais Gukkor n'était pas n'importe quel chef.
La nuit était tombée maintenant, Gukkor s'avança plutôt silencieusement compte tenu de sa taille et de sa race.
Il regarda le camp de ces sales elfes en contrebas. Bien entendu, les elfes les avaient repéré et n'avaient pas allumé de feu. Comment pouvait on pister quelqu'un avec une horde aussi mal entraînée ? Son chef avait de drôles d'idées...
Gukkor fixa encore quelques instant le camp d'un air méprisant. Les elfes n'étaient pas nombreux, une fois qu'ils seraient massacrés, les peaux vertes pourraient couper tous les arbres qu'il voudraient : la mission, serait accomplie...
Gukkor retourna vers les orques qui n'avaient toujours pas émis un son depuis sa menace.
L'immense orque se tourna face à son armée
« Allez, on y va. »
Les mots avaient été prononcés à voie basse, pourtant, la horde aurait hurlée si elle l'avait pu...
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:12

CHAPITRE 2 : Chez les elfes...

Eralim regarda à gauche puis à droite et huma l'air d'un air soupçonneux.
« Quelque chose ne va pas capitaine ? S'inquiéta un soldat particulièrement grand, vous êtes soucieux depuis notre départ de la mine.
-Ne t'inquiète pas pour moi, Halof, nous auront bientôt rejoint l'avant-poste et la bas nous seront en sécurité.
-En sécurité ?
-C' est étrange, quelque chose que je n'arrive pas à identifier nous suit depuis longtemps
Si elle est hostile, c'est étrange qu'elle ne nous ait pas attaquée... Allons, rejoignons les autres »
En effet la caravane les avait légèrement devancé et les deux guerriers s'empressèrent de la rattraper.
D' abord éblouis un instant par le soleil rouge reflété par les armures de mytrhil, le capitaine reprit ses esprits et inspecta la caravane. Il fut heureux de voir que même si ses guerriers n'avaient manifestement rien remarqué, ils étaient prêts à se battre et gardaient leurs armes prêtes à servir.
Deux heures plus tard, la caravane avançait toujours, silencieuse comme une ombre, les soldats n'échangeant pas un mot et l'inquiétude de leur chef semblait contagieuse.
« Capitaine, les troupes n'en peuvent plus, continuer à les faire marcher les épuiserait tellement qu'elles ne pourraient plus avancer demain. De plus, ils seraient très inquiets. »
C'était le deuxième lieutenant avec Halof, qui avait parlé et ce dernier se tenait près de lui, appuyé sur sa lance, une fatigue indicible se lisait sur son visage. Eralim qui se trouvait à l'avant de la caravane se tourna vers ses deux lieutenants :
-D' accord, vous avez raison, mais Nds'on, dis aux archers de ne pas faire de bruits ni de feu. Pareille pour les épéistes, Halof, dit Eralim en se tournant vers son lieutenant.

Quelques minutes plus tard, le camp était prêt, Eralim héla ses lieutenants :
« Halof, Nds'on, ne dites rien aux troupes mais veilliez à se qu'ils ne se dispersent pas trop et qu'ils soit prêt à combattre
-Bien capitaine »
Halof et Nds'on s'éloignaient en direction de leurs troupes quand ce dernier se retourna vers Halof
« Tu en penses quoi toi ? C'est la première fois que je vois Eralim ne pas parler ouvertement aux soldats...
Halof et Nds'on s'étaient rencontrés à dix ans durant un exercice d'initiation au maniement des armes, et, depuis ce jours là il y a près de vingt ans, ils ne s'étaient quasiment jamais quittés. Leurs qualifications au maniement de l'épée pour Halof et de l'arc, pour Nds'on ainsi que le charisme naturel qui émanait d'eux avaient convaincu les chefs de leurs donner des postes de commandement de plus en plus important. Mais, ils étaient toujours restés ensemble conformément à leur demande. Ils avaient ensuite rejoint l'armé d'Eralim qu'ils considéraient tous les deux comme un meneur d'homme exceptionnel. Les deux lieutenants se tutoyaient ce qui était vraiment extraordinaire chez les elfes.
Halof releva la tête et fixa un instant le visage de son ami dans l'obscurité de la nuit. Celui-ci avait vraiment l'air inquiet.
-C'est étrange qu' Eralim n'ai pas identifié ce qui nous suit vu qu'il doit connaître tous ce qui existe dans le vieux monde, dit Halof après un instant de réflexion, dis aux archers de ne pas dormir trop profondément...
Il releva la tête et aperçu une forme noir qui ne tarda pas à disparaître.
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:13

CHAPITRE 3 : Embuscade ...

Quelques heures plus tard, dans la nuit à peine éclairée par la lune.
Eralim se releva, il n'arrivait pas à dormir. Il s'assit en tailleur et réfléchit : Ce qui les suivait était vraiment très étrange et très différent de tous ce qu'il connaissait. Race après race, Eralim passa dans sa tête les différentes identités possibles des inconnus.
Soudain, une branche craqua et tira le capitaine de ses réflexions, comment des elfes pouvaient-ils marcher ainsi, on aurait cru entendre des gobelins, une pensée traversa son esprit : c'était peut-être le cas...
L'elfe se releva rapidement mais sans le moindre bruit et couru au tentes des archers, il entra dans celle de Nds'on et chuchota à la hâte :
« Ce qui nous suivait c'était des orques, ils sont par ici, réveille tes troupes en silence tenez vous prêt à vous battre. »
Nds'on se redressa précipitamment en attrapant son arc, laissé à portée de main puis se mit debout. Mais Eralim était déjà sortit alerter Halof et les épéistes.
Nds'on sortit de sa tente et s'apprêtait à rentrer dans celle d'un de ses soldats quand une flèche,venant d' en haut, le manqua de plusieurs centimètres.
Lentement, Nds'on se retourna, les orques ne bougeaient plus attendant de voir sa réaction, tout en sachant bien qu'il étaient repérés.
L'elfe rompit tout d'un coup le silence en poussant un cri qu'il ne se serrait jamais cru capable d'émettre.
Aussitôt, une pluie de flèche répondit à son cri, manifestement tirées par des gobelins vu leur manque de précision, pourtant, la pleine lune permettait une bonne vision.
Les archers elfes commençaient à sortir de leurs tentes et ils comprirent immédiatement la situation.
Nds'on riposta avec son arc et autour de lui ses compagnons l'imitèrent.
Une flèche le manqua de plusieurs mètres et confirma définitivement l'identité des tireurs.
Les hordes d'orques qui attaquaient au corps à corps apparurent entre les arbres et se ruèrent à l'assaut des archers.
« Reculez, vite vers les tentes des épéistes, hurla Nds'on »
Il abattit un orque qui était à moins d' un mètre de lui puis se retourna et se mit à courir. Il sentit une flèche de gobelin se ficher dans le bouclier qu'il portait dans le dos.
« Epéistes avec moi, protégez les archers »
Nds'on releva la tête et aperçu Eralim qui brandissait son épée suivi de près par Halof et de leurs troupes
« Archers, regroupez vous derrière les épéistes, puis envoyez aux orques des messages de vos arcs ».
Les deux contingents de soldat se rejoignirent enfin, les archers tiraient sur les orques tandis que les épéistes les protégeaient des peaux vertes. Les flèches elfes tirent un moment la panique chez les orques. Nds'on en profita pour rejoindre Halof
« -tu te fait de moins en moins ponctuel, Halof, à ce rythme là, nous les archers on va devoir se défendre tout seul
-Désolé Nds'on, Eralim a eu du mal a nous réveiller, dit Halof, mais ça ne se reproduira pas. »
Soudain, les rangs des orques commencèrent à se reformer derrière un immense orque noir. Halof jeta un coup d'œil à Eralim qui se tenait sur la même ligne que lui, le capitaine pâlit lorsque il aperçu l'orque.
« Allez, tuez-moi tout'cette vermine d'elfe et on pourra enfin se reposer. »
L'orque eut un sourire méprisant puis se jeta à l'assaut.
Derrière lui, les orques hurlèrent puis suivirent leurs chef.
Les épéistes elfes furent immédiatement débordés, et, en deux points, la muraille de bouclier et d'épées qu'ils opposaient aux peaux verts fut percée.
« Archers, visez le chef, hurla Nds'on s'il meurt nous sommes sauvés »
Une volée de flèches s'abattit sur le bouclier de Gukkor qui ne fut pas inquiété et qui transperça l'armure d'un elfe qui se tenait devant lui aussi facilement que du papier.
« Ces immondes bêtes ne doivent pas entrer en possession de notre chargement de mytrhile, Repoussez les, pour vos vie, et pour l'honneur des forêt qui sont encore vertes. »
Pas à pas, les guerriers elfes avancèrent sur les orques et reformèrent les rangs pour protéger les archers. Mais là où combattait Gukkor beaucoup d'elfes tombaient
Eralim qui combattait près de là avança fendit le crâne d'un orque avec son épée, en décapita un autre d'un revers, et se retrouva face à Gukkor.
La haine et la soif de vengeance déformaient le visage de l'elfe.
« Gukkor, C'est terminé maintenant ! »
Le chef orque se tourna vers celui qui osait l'interpeller. Lorsqu' il reconnu Eralim, il recula d'un pas puis tenta de reprendre contenance. Il eut un rire doucereux.
« Eralim, j'espère que ton bras ne te fais pas trop mal... »
Ce dernier eut un sourire amer à ce souvenir
« Tu aura plus qu'une simple cicatrice quand tu aura payé »
Des deux cotés, des arcs se levèrent, mettant en joue le héros ennemi. Mais, d'un même mouvement Eralim et Gukkor ordonnèrent à leurs troupes de rester en arrière.
L'orque fixa un instant l'elfe avec mépris puis le chargea avec un hurlement animal.
Eralim se décala d'un pas et d'un mouvement quasiment imperceptible pour l'œil, leva son épée en direction de l'orque. Gukkor manqua sa cible, il se retourna et abattit son épée sur son adversaire. Eralim para le et riposta avec ardeur, le coup fut arrêté par le bouclier de l'orque. Autour d'eux, les soldats arrêtaient de se battre et regardaient avec plus d'attention le duel : les bottes et parades s'enchaînaient de plus en plus vite et la moindre erreur était désormais mortelle. Cette erreur, c'est Gukkor qui la fit : il avait acculé Eralim contre un arbre et, d'un coup qu'il croyait définitif, envoya son épée latéralement. L'elfe roula au sol, par-dessous l'épée, et se retrouva derrière son adversaire qu'il jeta au sol d'un violent coup de pied. Eralim aperçut le visage de Gukkor, la peur avait remplacé le mépris. Le corps de retraite des elfes résonna mais Eralim n' y accorda aucune importance : il allait enfin se faire justice.
« Tes massacres s'arrêtent là Gukkor ! Hurla l'elfe »
Eralim s'apprêtait à achever l'orque quand, soudain, un boulet des gobelins de la nuit atterrit sur ses jambes. Il fut immédiatement jeté au sol. Gukkor se releva, et leva son épée au dessus de l'elfe qui était, sonné, à terre.

* * *
Lorsque Eralim engagea le combat avec Gukkor, Halof prit le commandement des épéistes. Quelques instants plus tard, des régiment de gobelins de la nuit se mirent à faire feu en envoyant à la force de lors bras des boulets qu'ils tenaient avec une chaîne.
Nds'on et Halof savaient qu'ils arrivait au gobelins d'envoyer des boulets sur les orques (sans le faire exprès...), cependant malgré leur manque de précision, les gobelins étaient si nombreux que les rangs elfes furent sérieusement secoués.
« Nds'on, hurla Halof, dis aux archers d'abattre les gobelins de la nuit.
-On ne peut pas, répondit son ami avec le même volume, votre muraille a été percée en de multiples endroits et les archers en s'ont à se défendre et à essayer d'aider tes épéistes. En plus, ils sont vraiment trop nombreux. »
Soudain, au grand étonnement des elfes, l'assaut des orques s'arrêta brutalement. Les peaux vertes se retirent de quelques pas. Les elfes se demandant ce que signifiait cette trêve cessèrent d'attaquer les orques. Le silence se fit, en entendait plus que les chocs des épées d'Eralim et de Gukkor. L'instant semblait irréel, tous les regards étaient tournés en direction de l'impressionnant duel.
« Nos pertes sont catastrophiques, et ils sont encore nombreux. » Glissa Halof à l'oreille de son compagnon
Nds'on regarda son ami avec un sourire amer : « On ne survivra pas au prochain assauts. »
D'un coup l'armée orque revient à la charge. Halof jeta un coup d'œil à Nds'on qui
Acquiesça d'un air grave, ils se connaissaient tellement qu'il n'avait pas besoin de mot : ils ne pouvaient vaincre un ennemis à ce point supérieur en nombre, les lieutenants décidèrent de ne pas sacrifier inutilement ce qui restait de leurs troupes.
« Sonnez la retraite, cria Halof ». Aucun son ne vient...
Les guerriers elfes restèrent à leur position. Halof et Nds'on n'auraient abandonnés leur troupes pour rien au monde.
« Les porteurs de cors on du être tués, souffla Nds'on, il va falloir en chercher un parmi leur corps. »
Nds'on se mit à courir entre les corps de ses compagnons, partout où il passait, les elfes qui le reconnaissait lui adressait un signe de la main, cependant, leurs trait était tirés par la fatigue, la peur, et l' effrois.
C'est à ce moment que les orques rentrèrent en contact avec les elfes. Quelques instants plus tard, Nds'on aperçu le corps d'un de ses compagnon qui avait autrefois sonné le cor. Le lieutenant se rendit près du corps de l'elfe, mais, au même instant, trois orques traversèrent la muraille d'épée que Halof s'évertuait à conserver. Nds'on leva son arc et abattit un orque à bout portant. La flèche se ficha dans la gorge de la peau verte, ce dernier s'immobilisa, puis, lentement, il bascula en arrière. Les deux autres orques le regardèrent tomber mais contrairement à ce que Nds'on aurait pensé, il ne reculèrent pas mais se ruèrent sur lui.
Nds'on hurla en demandant de l'aide mais les épéistes étaient déjà débordés et ils ne pouvaient pas répondre à son appel.
Un des deux orques arriva tout près de lui et tenta d'enfoncer son épée dans le bras de l'elfe. Mais l'armure de mytrhile fit son effet, et, Nds'on qui n'aurait normalement plus pu se servir de son membre ne ressentit « qu'une » grande douleur.
Nds'on se jeta en avant et les orques qui ne s'attendaient pas à cela furent pris au dépourvu et ne réussirent pas à le toucher. Il atterrit près du cadavre du porteur de cor, saisit le fameux cor qui était à la ceinture de l'ancien soldat et souffla dedans.
Le son résonna à travers toute la forêt, les elfes, en entendant ce souffle se retournèrent et commencèrent à courir tandis que les orques hésitaient entre se reposer des derniers jours que Gukkor avait rendu très dur même pour eux et obéir aux ordres et d'éliminer tous les elfes.
Nds'on profita de cette hésitation pour se relever et abattre un des deux orques qui était devant lui. Il remarqua qu'il avait pu bander son arc sans trop de difficultés et cela le rassura... un peu.
En face les peaux vertes cédèrent à leur soif de sang et s'élancèrent derrière les elfes qui avaient atteint le niveau de Nds'on.
Ce dernier se mit également à courir, Tous les elfes se rejoignirent au même endroit et il aperçut Halof qui hurlait des ordres et qui profitait des quelques instant d'avance qu'avaient les elfes pour tenter d'organiser la fuite. Nds'on lui prêta main-forte.
« Courez en direction de l'avant poste, hurlèrent les deux lieutenants, et mettez vous à l'abris, que ceux qui sont rattrapés arrêtent de courir et se battent pour donner du temps aux autres »
Halof allait s'élancer avec ses compagnons lorsque Nds'on le retint.
« Eralim, dit-il seulement »
Halof se retourna et vit Eralim par terre, Gukkor qui allait le tuer.
Cependant, au lieux de s'élancer dans leur direction, Halof et Nds'on firent un très léger détour et allèrent se mettre à couvert derrière un arbuste.
La horde passa devant eux sans les voir tellement ils étaient concentrés sur leur but : éliminer tous les elfes. Les deux amis furent impressionnés et inquiétés par leur nombre.
Gukkor semblait savourer son instant de victoire, il n'avait pas encore tué Eralim.
Dés que la horde fut passée, les deux elfes s'élancèrent en même temps en hurlant pour tenter de détourner l'attention de l'immense orque. Surpris par l'arrivée des elfes, Gukkor tenta d'achever Eralim mais ce dernier réagit à temps et roula sur le coté.
La lame de l'orque se ficha dans la terre à quelques centimètres du corps d'Eralim.
Nds'on rangea le cor à sa ceinture et sortit son arc. Les deux amis tuèrent la plupart des gobelins en quelques instants.
Eralim se releva et ramassa son épée qui était tombée à coté de lui lorsqu'il avait été projeté par un boulet de gobelin de la nuit, mais il dut se jeter au sol immédiatement après car Gukkor tenta de le tuer à nouveau. L'épée de l'orque s'enfonça dans l'arbre qui était derrière l'elfe. Eralim se jeta sur le gobelin le plus près de lui et lui trancha la tête, puis il rejoignit Nds'on et Halof. Quand les gobelins virent que les elfes étaient prêts à tuer beaucoup d'entre eux (plus que leur nombre actuelle), ils détalèrent entre les arbres.
Seul resta Gukkor qui après un instant de réflexion leur lança un regard chargé de mépris puis se mit à courir à la suite de sa horde qui poursuivait les elfes.
Nds'on tenta de tirer une flèche dans sa direction mais son bras le faisait souffrir et l'orque était déjà loin.
Halof s'élança dans la direction qu'avait prise l'orque mais Eralim l'arrêta :
« Il est trop tard, dit-il simplement. »
Les trois elfes étaient seuls dans le bois au milieu de tous les cadavres d'elfes et d'orque.
« Nous devons aller au secours de nos troupes, dit Halof, elles avaient pas mal d'avances sur les orques, ajouta Nds'on, nous devons les sauver.
Eralim secoua la tête, il y avait une tristesse infini sur son visage
« Les orques les ont déjà massacré, lorsqu'ils sont à la poursuite d'une proies, ces immondes bêtes battent tous les records de vitesses. »
Au fond d'eux même les deux autres elfes surent que c'était vrai.
Eralim marcha au milieu des corps de ses compagnons et ramassa une épée, puis il laissa tomber son bouclier, il tenait ainsi une épée dans chaque mains et il les leva toutes les deux et une expression de haine intense apparut sur son visage, un rayon de lune tomba sur lui mettant en évidence les dégâts subit par l'armure.
« Nos morts seront vengés, Pour nos frère et pour l'honneur, hurla t-il, au camp nous auront des renforts pour exterminer Gukkor et ses tueurs. Les orques doivent mourir. » Sur ces mots, il s'élança, Halof et Nds'on sur les talons en direction de Elora, la citée humaine, leur prochain refuge. Les trois elfes disparurent, entre les arbres, silencieux comme des ombres et personnes n'auraient pu deviner à leurs armures déchirées et à la saleté de leurs armes et leur corps que c'étaient des guerrier que biens peu d'être surpassaient.









A la longue chaîne de la vengeance et de la désolation, Gukkor venait d'ajouter un nouveau maillon....
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:13

CHAPITRE 4 : à l'avant-poste elfe.


Derrière la palissade de bois, la sentinelle s'arrêta de patrouiller : elle avait entendu des bruits. L'elfe monta rapidement à une échelle et jeta un coup d'œil à l'extérieur. Dans la semi-obscurité de la pleine lune, il distingua trois souhaites à moitié effondrées de fatigue, l'armure déchiré. Il redescendit de l'échelle et appela à voix basse un autre soldat :
« Va immédiatement chercher le chef lui intima t-il. »
Il disparut dans la direction des tentes de ses supérieurs.

* * *


3 heures plus tard...
Aroka, le chef de l'avant-poste, était un elfe d'âge mur et un bon gouvernant. Cependant, il n'avait jamais été doué pour le maniement des armes, aussi lui avait-on assigné la garde de cet endroit. Il' s'assit à la table de bois au centre de sa tente, les gens qu'il avait convoqués n'allaient pas tarder.
En effet, quelques instants plus tard s'avança Eralim.
N'importe quel elfe connaissait Eralim pour ses hauts faits qui avaient été reconnu plusieurs fois par l'état-major des hauts-elfes dont le capitaine faisait parti.
Le guerrier semblait avoir pris un peu de repos, il s'était lavé et avait reçu une armure de mytrhile flambant neuf.
Aroka salua le capitaine, Eralim déposa ses deux épées et alla s'asseoir à coté de lui.
Juste derrière Eralim se tenait un humain, plutôt grand et qui portait un insigne de marteau à la poitrine et une image de lion sur chaque épaule s'assit en face des deux elfes.
Aroka prit la parole pour faire les présentations :
« Eralim, voici Assor, capitaine de cavalerie impériale que l'empire a assigné en garnison ici pour nous aider à maintenir la sécurité des caravanes elfes et humaines qui font du commerce. Si vous n'avez pas été protégés c'est parce que votre caravane n'a pas été déclarée.
- Enchanté, mais cela n'aurai rien changé, les orques étaient bien trop nombreux. De plus votre cavalerie n'aurai servie à rien dans la forêt et vous auriez été tué également. En disant cela Eralim serra les poings, ses jointures devinrent blanche. Tout comme nous, ajouta t-il dans un souffle.
-Assor, voici Eralim, reprit Aroka, un capitaine d'infanterie elfe membre de l'état-major.
- Même les humains connaissent Eralim.
Aroka se tourna vers le capitaine elfe :
- Nous avons un problème, les orques sont allés trop loin, il nous faut sécuriser les environ.
- Je me ferait une joie de faire comprendre aux orques ce qui se passe lorsqu'on s'attaque aux elfes. Mais ils étaient très nombreux, et même si je réussi à les vaincre, les caravanes marchandes ne seront toujours pas en sécurité.
- Capitaine, je serai honoré que vous acceptiez que les humains se joignent à vous pour vaincre les orques, intervint Assor. Quand à la sécurité des environ je propose en tant que capitaine de l'empire que nous construisions une » citée qui serait un refuge pour les humains comme pour les elfes. Ainsi l'alliance entre l'empire et les hauts-elfes serait scellée.
- Le marteau de Sigmard sera bien utile dans cette bataille. Quand à la création d'une telle ville, je pense que cela éviterait bien des morts et serait bénéfique pour nous comme à nos alliés impériaux.
-Je suis d'accord avec vous Assor, Eralim. »
Les trois membres du conseil se levèrent en même temps. Assor se tourna vers Eralim : « Capitaine, à vos ordres.
-Allez vous reposez. Nous partons à l'aube.
Ils sortirent de la tente et retrouvèrent l'air glacé de la nuit. Assor retourna en direction de ses quartiers.
Eralim s'avança quand il aperçut Halof et Nds'on qui se tenaient là.
« Capitaine, commença Nds'on, nous voulions vous demander ... Il s'arrêta.
« Comment se fait –il qu'un orque ai pus tenir tête à un capitaine elfe... surtout à vous ? » Termina Halof.
Eralim s'arrêta et regarda ses lieutenants. Ils avaient toujours été des soutiens dans les batailles les plus dur et venaient, il y a quelques heures, de lui sauver la vie.
Il répondit lentement.
« Gukkor est le plus puissant des orques à avoir foulé cette terre. C'est un cadeau des guerriers du chaos aux peaux vertes. Mais c'est un orque de pure souche. Cruel, brutal comme un orque, mais puissant et fort comme un guerrier du chaos. Ses massacres ne se comptes plus. Le jour où il tombera, les défenseurs du bien et de la paix pourront se réjouir. »
Halof inclina la tête, Nds'on la releva.
« -Retournez dans les tentes qui vous ont été attribuées, Nous partons chercher vengeance. »
Les deux lieutenants acquiescèrent ensembles. Leur impatience de faire justice à leurs compagnons était nettement visible.


Les trois elfes repartirent pour prendre quelques heures de sommeille. La nuit étouffa le bruit de leurs pas.
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:15

CHAPITRE 5 : Vengeance... (le meilleur de la fic mais en plusiers parties)

Les orques avaient établis leur campement juste à la lisière de la forêt. Devant s'étendait une grande plaine verdoyante et il y avait là bas une colline.
Gukkor se retourna et se déplaça vers sa horde qui avait monté le camp sur les corps des elfes qui avaient tenté de fuir.
Soudain, il perçut des éclats de voix. L'orque noir s'avançât et vit un orque qui tenait la tête d' un gobelin à bout de bras, son épée souillée dans l'autre main et qui s'adressait à quelques orques et gobelins :
« Le mytrhile est à moi et toute les larve qui voudront me le revendiquer subiront le même sort que lui, dit-il en agitant la tête du gobelin. »
Gukkor planta son épée dans le dos de l'orque qui s'effondrât sur la dépouille du gobelin décapité.
« Si on a reçu l'ordre de récupérer c'te mytrhile, c'est pas pour que vous le voliez, vermine, Celui qui y touche... »
Les gobelins et les orques qui se trouvaient là reculèrent précipitamment.
« -Euh... Gukkor ? Y a kekchose sur la colline avança un gobelin L'interpellé regarda dans la direction indiquée, fixa le haut de la colline pendant quelques instants, puis dit aux peaux vertes qui se tenaient là :
Rassemblez la horde, vermine ! On a d' l'a compagnie. »

* * *


Eralim gravit lentement sur la colline, Halof et Nds'on sur ses talons, les reste de l'armée avançant plus loin derrière. Les trois elfes avaient profitée des quelques heures de repos qu'ils avaient eu : Ils avaient reçu de nouvelles armures et s'étaient lavés, ils étaient bien plus impressionnant que lorsqu' ils étaient tombés dans l'embuscade et les orques risquaient d'y réfléchir à deux fois avant de tenter de les tuer.
Les elfes étaient silencieux. Encore quelques pas et ils atteignirent le haut de la colline.
Ils s'arrêtèrent quelques instants laissant le temps au reste de l'armée de les rattraper.
Eralim et ses lieutenants fixèrent le campement orque en contrebas : Les immondes bêtes avaient allumés des feux inutiles puisqu'il faisait jours et que l'air étaient bon. Les trois elfes restèrent un instant à observer les positions ennemies.
Eralim murmura quelques mots :
« On y va »
Les trois elfes repartirent en courant vers l'armée qui s'était arrêtée Halof rejoint les épéistes et Nds'on les archers. Les deux lieutenants donnèrent leurs ordres :
«-Visez les gobelins de la nuit, comme cela, les épéistes ne seront plus menacés
-Empêchez à tous pris les orques d'atteindre les archers, si nos frères tombent, nous sommes perdus. »
Eralim les appela ainsi, qu'Assor. Ce dernier arriva à cheval et mis pied à terre devant les elfes.
Eralim regarda un instant les chefs de son armée puis pris la parole :
« Très bien, l'instant de la vengeance est venu. Nds'on et Halof hochèrent la tête.
Je pense, repris Eralim, que vous préférez combattre ensemble Nds'on et Halof. Vous prenez le flanc droit. Assor et les cavaliers vous prendrez le flanc de gauche avec la cavalerie lourde
-Et la cavalerie légère ? Interrogea l'humain
-Divisez la en deux groupes : l'un harcèlera leur coté droit tandis que l'autre s'occupera de la droite. Je combattrai avec tes épéistes Halof. Le capitaine s'interrompit un instant. Compris ?
- à vos ordres capitaine » s'écrièrent les trois lieutenants en même temps
Chacun rejoint son unité. Puis Eralim s'avançât au sommet de la colline et se retourna vers ses troupes, et cria du plus fort qu'il pût.
« -Soldats elfes, cavaliers humains voici l'heure de la justice, êtes vous prêt à apprendre à vos ennemis ce qu'il en coûte de s'en prendre à vous ? L'armée, composé d'environ 1700 guerriers répondit par une immense rumeur.
-Serez vous victorieux ?
Les trois porte étendards, deux elfes et un humain levèrent les drapeaux Le reste de l'armée hurla à son tours une réponse positive. Nds'on sonna du cor, qu'il avait conservé et Halof déploya une bannière au couleurs de l'empire et des hauts-elfes.
Le vent se leva et souffla dans leur dos, les quatre étendards claquèrent dans la rafale
-Mort aux orques, mort à aux tueurs. »
Sur ce, Eralim se mit à dévaler la pente Halof et Nds'on sur ses talons.
Derrière eux, leurs troupes les suivirent en reprenant le dernier cri d'Eralim.

Les trois elfes se mirent en triangle, Eralim formant la pointe, Nds'on et Halof légèrement en retrait.
Ils ne ralentirent pas un seul instant avant d'entrer en contact avec les lignes orques, après avoir parcouru l'intégralité de la plaine qui allait leur servir de champ de bataille.
Eralim fonça dans l'armée d'orques qui se battaient au corps à corps, ses deux lames apportant la mort et la désolation dans le camp adverse.
Nds'on s'arrêta à quelques distance de ses ennemis, ses archers le rattrapant bientôt
« Comme d'habitude, hurla t-il, on tire sur les orques, les épéistes nous protègent
Halof l'entendit et acquiesça, ils avaient déjà fait ça quasiment une douzaine de fois, les épéistes se placèrent en conséquence, Nds'on et Halof les avaient habitué à ce genre de manœuvre. Les épéistes engagèrent le combat avec les peaux vertes pour aider leur chef
Halof s'avança à coté d'Eralim sans cesser de combattre, son capitaine ne s'arrêtait pas instant, il perforait les armures, tranchait les têtes, démembrait les orques et dégageait ses épées à une vitesse ahurissante. Contrairement à son supérieur, Halof se battait avec un bouclier, ses talents de bretteur, bien qu'exceptionnels, ne suffisait pas pour qu'il puisse se battre avec une épée dans chaque main, sans autre protection que son armure.
Le lieutenant para le coup d'un orque, riposta et enfonça profondément son épée dans le ventre de son ennemi, traversant son armure comme si elle n'existait pas, les peaux vertes avaient un équipement déplorable, il était incapable de conserver en état de servir une armure qui n'avait pas bien été forgé.
L'elfe décapita un autre guerrier de Gukkor, mais soudain une lame rouillée d'orque arriva sur lui. Halof leva son bouclier, puis repoussa avec force la lame de l'ennemi à l'aide son bouclier et se fendit pour attaquer le propriétaire de l'épée.
Ce dernier reçut l'épée de Halof à la gorge et s'effondra avec un râle à glacer le sang.
Mais à ce moment là, il fut jeté à terre par l'un de ses ennemis, le responsable apparut un instant après, brandissant son épée taché de sang séché lors du combat de la veille.
Cette vision, ce rappelle de la cause du combat qu'ils menaient redonna un regain d'énergie à Halof. Il modifia en un éclair sa prise sur son épée, et, d'un geste large ouvrit le ventre de l'orque qui pensait l'abattre facilement. Sans un regard pour son ennemi agonisant, Halof se releva, ramassa son bouclier et repris son assaut furieux contre les orques tout en encourageant ses troupes et en leur donnant des ordres pour que le maximum de guerrier puisse se battre :
« Torah, décalez-vous sur la droite, Fraya, avancez-vous. Allez avancez, un pas après l'autre, on va regagner du terrain sur ces infâmes créatures. »
Et en effet, petit à petit, les elfes gagnaient lentement mais sûrement du terrain sur les orques. Mais bientôt des flèches jaillirent de la droite des orques leur but étant clairement les elfes. Halof sortit de la mêlée et recula, s'agenouillant près d'une flèche : elle était coupée et tailladée de partout et assez courte, ceci vient confirmé ce que à quoi les elfes s'attendaient : les archers gobelins.
Halof se redressa, tout autour de lui les soldats avançaient en formation pour combattre les orques. Le lieutenant tua un orque qui n'avait pas été repoussé puis se tourna vers Nds'on :
« Nds'on, vous pouvez les abattre ? La question aurait habituellement fait sourire l'archer : demander à un elfes si il pouvait tuer un gobelin avec un arc. Mais là, les gobelins étaient bien trop nombreux pour que la réponse soit évidente, aussi Nds'on se contenta de répondre :
-On va essayer, mets tes boucliers tes plus solides sur la droite. Il faut que vous teniez le temps qu'on les tue tous, vous n'aurez pas notre soutien.
-Archers, hurla t-il, changez de cible, visez les archers gobelins
-Epéistes, intervint Eralim, déplacez vous sur la droite pour attirer l'attention des gobelins sur vous. »
Les épéistes elfes se frayèrent un chemin à travers les lignes orques en direction des archers ennemis. Ces derniers, voyant cela, se mirent à tirer sur les guerriers elfes.
Les flèches volaient autour d'Halof mais il n'était pas très inquiété, aucune ne le touchaient. Mais plus ils se rapprochaient d'eux, plus les flèches étaient nombreuses et plus les tirs étaient précis, Pendant ce temps, Nds'on et les archers tiraient sur les gobelins. Mais alors que l'un des épéistes combattait près des gobelins, il fut percé de trois flèches. Voyant cela les autres elfes cessèrent d'avancer, les tirs des gobelins reprirent pour cible les archers de Nds'on. Halof couru vers l'avant du front et commanda à ces troupes :
« Allez épéistes, sur les gobelins. Qu'importe nos pertes il faut attirer leur attention.
Les elfes hésitaient encore, aucun d'entre eux et à juste titre ne tenait à ce précipiter vers les flèches et vers la mort quand il y avait des orques devant eux pour les protéger. Si c'était Eralim, qui combattait sur le front opposé pour empêcher les orques de ralentir les épéistes, qui avait donné l'ordre, les elfes se serraient jetés sur l'ennemi. Mais là il n'y avait qu'une seule solution pour convaincre ses troupes : Halof parvint à l'endroit où le combat avec les orques était le plus sanglant, l'endroit le plus près des gobelins. Là il abattit un orque d'un coup rapide à la tête pour pouvoir lever son bouclier juste après. Bien lui en pris car il entendit quelques flèches se ficher dedans.
L'elfe avança, en tuant un autre orque, vers les gobelins. Il constata alors que Nds'on et ses archers avaient fait un certains nombre de morts. En fait, il ne restait quasiment plus de gobelins. Derrière Halof, les épéistes encouragés par l'audace de leur chef s'avançaient résolument à travers les orques et leurs cadavres. Lorsqu'ils virent les rangs des orques percés par les épéistes elfes, les gobelins hésitèrent. Puis, les flèches des archers qui touchaient leur but quasiment à chaque fois n'améliorant pas leur morale, ils prirent finalement la fuite mais avant qu'ils soient hors de porté, les archers de Nds'on les tuèrent tous.

Une fois les archers gobelins tués, les elfes se remirent à tirer sur les orques, ceux-ci ayant déjà subit de lourdes pertes reculèrent.
Les épéistes se remirent sur une ligne Eralim et Halof juste devant eux, côte à côte.
La situation rappela celle d'il y a quelques heures, quand les orques s'étaient retirés juste avant de porter le coup de grâce aux elfes. Mais maintenant, les elfes étaient du côté des vainqueurs, et Halof ne laisserait pas plus de chance aux orques qu'ils ne leur en avait laissé : c'est-à-dire aucune.
Eralim s'apprêta à parler mais un hurlement d'orque l'empêcha de commencer sa phrase. L'elfe eut un sourire, puis leva ses deux épées les orques comme les elfes retinrent leur souffle car dans les deux camps, on savait que Eralim décidait du sort des orques, si il les laisserait s'enfuir, s'évitant des combats et des morts strictement nécessaires, où si il combattrait jusqu'au bout pour tuer tous les orques. Mais Halof savait que les chances de survie des orques était nulle, Eralim avait autant envi de se venger que lui, il n'hésitait pas une seconde, le capitaine profitait de la pause dans le combat pour permettre aux elfes de se reposer un petit peu...

* * *
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:17

2 ème partie du chapitre 5

A l'opposé du champ de bataille, sur le flanc gauche :

Quand Les elfes se mirent à courir vers les ennemis, Assor ordonna la charge. Quelques instants plus tard, toute la cavalerie humaine dévalait les flancs de la colline, le vent les aidant, en direction de la partie gauche du régiment orque, pour les empêcher d'encercler les elfes qui les combattaient à droite.
Assor baissa sa lourde lance de cavalerie, et derrière lui, les autres cavaliers l'imitèrent.
Mais au moment où ils allaient rentrer en contacte avec les lignes adverses, des lanciers gobelins surgirent de derrière le régiment d'orque, leur lame en avant pour briser les lignes des cavaliers.
Le lieutenant humain réorienta la charge sur les lanciers. Les cavaliers arrivèrent au niveau des gobelins et tentèrent de traverser le régiment ennemi. Autour d'Assor, des gouttes de sang, venant des gobelins comme des humains volèrent.
La vitesse des cavaliers diminua, à mesure qu'ils avançaient dans les rangs ennemis, mais Assor était sur que lui et ses troupes briseraient la formation des lanciers, les gobelins n'étaient pas assez forts pour retenir des chevaux ainsi lancés sur eux.
Mais au moment où Assor pensait la victoire leur, Gukkor surgit des rangs orques un bouclier dans une main une épée dans l'autre. L'orque noir n'hésitât pas un seul instant et se jeta sur le cavalier le plus proche, tuant d'un seule coup son cheval et lui tranchant la tête quelques secondes après. Derrière Assor, les cavalier étaient arrêté et avaient perdu leur principale force : la vitesse. Les lanciers, encouragés par la présence de leur chef, pouvaient attaquer les humains. En quelques instants le vert de l'herbe se tinta de rouge, et beaucoup de cadavres d'humains et de leurs nobles montures furent jetés à terre.
Assor se fit alors encerclé par des gobelins, et il était le cavalier le plus près de Gukkor.
Ce dernier arrivant vers lui avec un sourire horrible. Pris de désespoir, connaissant la réputation de l'orque noir, Le servant de Sigmard fit cabrer son cheval et les gobelins reculèrent mais pas encore suffisamment pour lui permettre de s'enfuir. Laissant tomber sa lance de cavalerie, maintenant inutile, il dégagea une épée courte spécialement prévue pour cette situation avec laquelle il perça le cœur d'un gobelin. Puis il se retourna, et aperçut Gukkor qui fonçait toujours vers lui et qui était maintenant tout près. Avec l'énergie du désespoir, il frappa encore et encore les gobelins qui étaient sur sa route tout en hurlant des insultes destiné à effrayer ses ennemis. Enfin, ses coups d'épée, plus que ses cris eurent l'effet attendus et la voie fut libre l'humain en profita pour jeter son cheval, Istrim, au galop et après quelques instant d'angoisse, parvint à s'échapper.
En voyant leur chef se replier, les cavaliers en firent de même : si leur capitaine ne pouvait vaincre les lanciers, aucun d'entre eux ne le pouvait.
Quand Assor traversa les rangs des lanciers pour s'enfuir, Gukkor qui reconnaissait en lui un officier hurla de rage en rejetant la tête en arrière, comme s'il adressait son cri à la plaine, aux elfes, au monde entier. Mais peu importait, les cavaliers avaient été quasiment tous tués. Le crâne d'Eralim allait sans doute bientôt s'ajouter à ceux qu'il collectionnait sur sa ceinture.

Lorsque les cavaliers se regroupèrent après l'échec de la charge, Assor examina rapidement ses troupes et constata que seule une cinquantaine des cavaliers les plus entraînés avaient survécu, les plus jeunes était tous mort. Cette constatation le démoralisa bien plus qu'il ne l'ait jamais été. Il avisa les survivants :
« Sur la colline, vite nous avons échoués, et nous ne pouvons pas récupérer d'autres ordres d'Eralim »
Les hommes obéirent à contrecœur, si il avait battus en retraite face aux gobelins, c'était parce qu'il ne servait quasiment plus à rien, mais ils voulaient se battre jusqu'à la mort s'il le fallait, et il savait que Assor était comme eux. Mais le capitaine prenait des décisions qui servait le plus l'Empire et des hauts-elfes et là, il leur fallait ravaler leur fierté et se retirer des combats en cherchant le meilleur moment pour attaquer.



Sur le flanc droit...

Eralim abaissa ses lames en direction des orques qui hurlèrent de terreur. Les elfes reprirent leur assaut le bruit du fer s'entrechoquant reprit, ainsi que les cris d'agonie, venant principalement des orques. Les rangs de ces derniers faillirent se rompre mais tinrent encore un peu. Halof repéra un grand orque qui donnait des ordres à ses troupes, le lieutenant sans aucun doute. L'épéiste elfe s'avança bloquant un coup avec son bouclier, enfonça ensuite son épée dans l'œil de l'orque qui avait voulu l'attaquer puis sauta par-dessus un orque agonisant et atterrit juste devant le lieutenant ennemi. Le peaux vert se tourna vers lui et le renversa d'un coup d'épaule. Halof leva son épée en tombant et manqua de peu son adversaire. Le lieutenant des orque voulut tuer le lieutenant d'une attaque au sol Mais alors que son épée était à mi chemin du corps d'Halof, il s'immobilisa : une flèche émergea de son ventre. Lentement l'orque bascula en arrière.
Nds'on baissa son arc, le tir avait été très joli et il venait surtout de sauver Halof.
Les orques voyant leur chef mourir fuirent, pas vers la forêt pour s'échapper des combat, mais en direction du flanc gauche.
Eralim eut un froncement de sourcil en voyant que les orques partaient dans cette direction puis il essuya un filet de sang noir qui coulait sur son armure. Il félicita ses troupes et les elfes se tournèrent là où les orques et gobelins survivant se battaient.
Les épéistes et archers elfes reprirent leur marche en direction de la victoire où de la mort.

Gukkor avisa un des gobelins de la nuit qui avait fait tant de mal au elfes durant l'embuscade :
« Continuez à rester caché, vous' êtes ma surprise aux elfes
Soudain Gukkor eut un geste brusque et tua un orque en fuite :
-pas d' pitié pour les déserteurs, il lança à l'un des autres orques, keske vous faites là ?
-c'est les elfes, répondit-il, y ont tué Esor, alors on est partis...
- Reprenez vous vermine et combattez ! Exhorta l'orque noir
De nouveaux bruits de combat reprirent du cotés des elfes Gukkor s'avançât jusqu'au première ligne.
« Les orques en premières lignes, sales déserteurs, les lanciers gobelins derrière. Les gobelins de la nuit, vous vous préparez à faire feu. »

Eralim, Nds'on et Halof s'avancèrent en tête de leur armée. Nds'on demanda au capitaine
« Je croyait que c'était Assor qui s'occupait de la gauche. »
Eralim désigna un cadavre de cheval d'un geste éloquent.
Devant eux, les lanciers et les orques qui avaient survécu avaient reformé les rangs puis Gukkor s'était avancé au devant de son armée.
Eralim se tourna vers les archers :
« Ne touchez surtout pas à leur chef, l'orque noir, il est A MOI. Le capitaine avait hurlé ces derniers mots.
Les elfes laissèrent passer quelques instants puis avancèrent sur les peaux-vert.
Mais juste avant la reprise des combats des boulets jaillirent de derrière les ennemis, Halof hurla de dépit. Pressentant le danger, les elfes se jetèrent sur leurs adversaires, tentant de percer leurs lignes pour massacrer les gobelins qui pouvaient faire pencher la victoire du mauvais côté. L'un des boulets s'écrasa juste à coté du lieutenant des épéistes. Il tira à nouveau son épée et côte à côte avec Eralim, Il entrepris de décimer les orques. Mais la tâche était difficile, car les lanciers soutenaient les orques. Les elfes auraient pu vaincre cet ensemble sans les gobelins de la nuit, mais ces derniers les empêchaient de mettre leurs troupes en formation compacte pour combattre les orques, les maintenant à une position clairsemé, très inefficace.
Halof et Eralim tentèrent de joindre deux des nombreux segments de l'armée. Mais ils ne réussirent pas : les boulets menaçant de tuer tous les soldats.
Halof se baissa pour éviter une épée, il se redressa tuant d'un mouvement vif un orque, mais presque aussitôt, une lance arriva sur lui. Le lieutenant fut blessé ; il se retira des combats et hurla à l'attention de Nds'on :
« Il nous faut de l'aide »
Et l'aide était en route.
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:17

Chap 5 suite et fin

Assor alla, sur son cheval, tout en arme, à l'endroit où Eralim avait contemplé les orques avant le début de la bataille, le point le plut haut sur la colline. Il vit que depuis qu'ils s'étaient retirés, les elfes avaient fait fuir les orques et ils avaient tué les archers gobelins. Maintenant les elfes affrontait les orques survivants qui s'étaient rallié sur l'injonction de Gukkor alliés aux lanciers gobelins, les mêmes qui les avaient forcé à fuir.
Assor était confiant dans les elfes : menés par Eralim, les peaux-verts avaient du souci à se faire.
Mais brusquement, les gobelins de la nuit se montrèrent à ses yeux et commencèrent à faire feu. Les rangs des elfes furent ébranlés, et les épéistes, comme les archers se mirent en formation clairsemé, pour limiter les dégâts causés par les gobelins de la nuit, ainsi, ils risquaient d'être taillé en pièce par Gukkor et ses troupes.
Assor se retourna vivement et héla les cavaliers :
« Cavaliers de l'Empire, c'est maintenant que nous allons montrer aux elfes comme aux orques notre puissance.
En quelques instants, les humains qui n'avaient pas mis pied à terre un seul instant pour se reposer se remirent en formation d'attaque. Plus aucun n'avait leurs lances de cavalerie, qu'ils avaient laissé tombé lors de la bataille, ils tenaient des épées courtes prévues pour des combats arrêtés.
Assor éperonna son cheval, Istrim qui se cabra avant de se mettre à galoper le plus vite possible en direction des gobelins de la nuit.
En entendant le bruit des sabots des chevaux, les gobelins de la nuit pivotèrent pour faire face aux cavaliers. Mais ils ne pouvaient envoyer leur boulet qu'en trajectoire en cloche, ce qui était très efficace contre l'infanterie en combat, mais complètement inutile contre des cavaliers lancés à pleine vitesse.
Les rangs des gobelins de la nuit furent percés en un instant, et malgré leur petit nombre, les Cavaliers les tuèrent sans trop de problème. C'est ainsi que le régiment qui avait fait le plus de mal aux elfes durant les deux batailles fut vaincu par la charge des cavaliers.
Eralim leva la tête, les gobelins de la nuit avaient cessé de faire feu. D'abord les elfes se demandèrent ce qui se passait, puis, comprenant la situation, ils se remirent en formation serrée et les orques reculèrent de cinq pas : sentant la fin de la bataille proche, les elfes redoublaient d'ardeur tandis que derrière eux, les archers augmentait la cadence. Les orques furent pris de terreur, mais Gukkor, sentant que le dernier de ses régiments encore prêt à ce battre était sur le point d'être détruit prit des risques de plus en plus grand. L'orque noir avançait au milieu des rangs des épéistes elfes, chaque mort qu'il faisait était une petite victoire pour lui. Les orques voyant la furie de leur chef tentèrent d'avancer à leur tour pour Gukkor ne soit pas encerclé.
Eralim trancha la tête d'un orque et aperçut pendant un bref instant une forme noire, bientôt masquée par deux orques qui avaient l'air complètement épuisés. L'elfe, sentant un combat intense imminent, se recula et un archer qui avait compris la réaction du capitaine abattit les deux peaux-vert. Eralim s'avançât et appela Gukkor. L'orque noir se retourna, et se souvenant qu'il avait été vaincu par l'elfe la dernière fois, fit un signe. Trois orques se jetèrent sur Eralim, l'un d'entre eux fut transpercé par une flèche, Eralim plongea chacune de ses épées dans le corps des orques.
Gukkor s'attendit à être criblé de flèche, mais pas un archer n'osa passer outre l'interdiction d'Eralim.
Les combats s'arrêtèrent, les elfes et les orques firent un cercle assez grand autour d'Eralim et de Gukkor, personnes ne parlait ou n'encourageait son chef. Tous étaient conscients que même si les orques avaient subi bien plus de perte que les elfes et les humains, c'était maintenant qu'allait se résoudre tout l'enjeu de la bataille.
Eralim leva bien haut ses deux épées, puis engagea le duel. Gukkor para une épée avec son bouclier et l'autre avec sa propre lame. Aussitôt, L'elfe fit glisser l'épée qui était sur le bouclier de l'orque noir. Gukkor força pour amener sa lame sous les deux épées d'Eralim, libérant ainsi son bouclier. Les deux combattants reculèrent de quelques pas puis reprirent bientôt le combat. Autour d'eux, les orques, les gobelins et les elfes commençaient à encourager chacun leur chef. Après quelques échanges d'une violence à couper le souffle, Gukkor attrapa une lance de cavalerie qui avait été abandonnée par un humain dans la main qui tenait le bouclier. Il tenta d'enfoncer l'arme dans la tête de l'elfe, mais Eralim se glissa souplement sous la lance et abattit ses épées en direction du bouclier de Gukkor. Celui-ci voulut parer l'attaque, mais la lance de cavalerie était bien trop lourde et le gêna ; les deux lames d'Eralim fracassèrent son bouclier qui vola en éclat. L'orque noir eut un regard apeuré. Il lâcha la lance de l'humain, et prit son épée à deux mains, le duel continua. Les coups d' Eralim étaient bien plus rapides, mais ceux de Gukkor étaient plus puissants. Cependant, à chacune des tentatives de Gukkor, Eralim parait l'épée d'une lame et attaquait avec l'autre, prenant ainsi de plus en plus l'avantage. Quelques minutes plus tard de ce combat acharné, Gukkor tenta une attaque directe vers le cœur de son adversaire. Eralim repoussa l'épée, puis tenta de trancher le poignet de l'orque : il réussi à couper deux des doigts qui tenaient l'épée. En quelques instants, l'arme fut poisseuse de sang, et lorsque Gukkor la leva à nouveau, elle lui échappa des mains. Gukkor se redressa, désarmé, les mains ouvertes, toisant son adversaire une dernière fois. Eralim lui plongea une de ses épées dans le cœur.
L'orque tomba à genoux devant son adversaire, du sang coulait de la commissure de ses lèvres. Sur sa bouche on ne lisait plus le rictus de mépris que l'orque avait constamment affiché. Ses yeux qui fixait son ennemi juré, changèrent peu à peu de direction jusqu'à regarder l'infini pardessus l'épaule d'Eralim.
Gukkor tomba par terre, le chef orque, terreur des elfes comme des autres races n'était plus...

* * *
Halof avait assisté au combat, comme tous les combattants encore vivant, d'ailleurs.
Et après que Gukkor ait rendu l'âme, il lança ses troupes à l'assaut des peaux-verts restant
Peu nombreux, il s'apprêtait à attaquer un orque, celui-ci tomba, transpercé par une flèche. Les orques privés de chef détalèrent entre les arbres, mais la plupart d'entre eux, furent tués par les archers. Halof se tourna vers son ami :
« Nds'on, vous auriez pu nous en laisser.
-Désolé, on a pas pu résister »
Halof prit un air faussement vexé

Eralim Dégagea sa lame lentement du corps de Gukkor. Il vit son ennemi enfin à genoux devant lui, enfin Gukkor avait été de l'autre côté de l'épée, enfin, et ça se lisait sur son visage, certains de ses proches avaient été vengés.
Il soupira rangea ses deux épées dans les fourreaux et regarda autour de lui : il vit Halof en train de parler à Nds'on, Halof affichait un air contrit, mais Eralim savait qu'il plaisantait.
Le capitaine sourit à eux trois, Eralim Halof et Nds'on, il étaient redoutables, cela tombait bien, car il restait encore beaucoup de mal dans le vieux monde.


Ainsi, lors de cette bataille, une double vengeance fut accomplie, Gukkor fut tué, et seulement trois orques réchappèrent du massacre. Ils racontèrent ensuite qu'ils avaient été assaillis par une force qui leur étaient cent fois supérieur, et que le courage des elfes n'égalait que leur habilité à combattre...
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:18

Et enfin le chapitre 6

CHAPITRE 6 : La création d'Adralmanecha...

Nds'on tâta un bloc de pierre, réfléchie un instant, puis s'adressa à l'humain qui attendait sa décision :
« Celui-là est de bonne qualité, mettez le pour la muraille.
Plus loin, Halof commandait une sorte de grue :
« Plus haut, allez, encore un effort, voilà c'est bien, à gauche, c'est bon lâchez. » Le bloc de pierre s'abattit sur les remparts de la nouvelle citée qui était quasiment terminée.
Eralim sortit du nouveau bâtiment de l'état-major, il appela ses lieutenants :
« Assor vient de revenir, réunion ici dit-il, en montrant le bâtiment qu'il venait de quitter.
-Bien chef, » s'écrièrent Nds'on et Halof en même temps. Eralim sourit, ce qui était assez rare, même pour un capitaine de la race des hauts-elfes.

Quelques minutes plus tard, Assor, Aroka qui s'était déplacé de l'avant-poste, Eralim, Nds'on et Halof, ces deux derniers honorés d'avoir été convoqué au conseil, prirent place. Eralim qui lui avait l'habitude d'assister à des réunions de premières importances, prit la parole :
« Je pense que la citée sera bientôt prête à remplir son rôle de protection.
Aroka fronça les sourcils
-Que proposez vous pour la répartition des troupes entre la citée et mon avant-poste, maintenant inutile, ou presque ?
-Votre campement n'est pas, inutile, car il nous permet d'avoir un œil sur ce qui se passe là-bas, intervint Assor.
-Je suggère que la majorité des troupes situées chez vous viennent ici sous notre commandement, dit Eralim, mais provisoirement, la citée allant s'agrandir, j'espère qu'elle aura plus qu'un rôle de garnison. Nous vous enverrons des troupes ensuite pour renforcer vos positions. Il se tourna vers Assor, Et à propos de l'empire ?
-J'ai raconté notre rôle dans la bataille à l'un des comte-electeur qui était tous a fait favorable à l'idée de l'alliance entre l'Empire et les hauts-elfes et à la création de notre ville, il a affecté beaucoup de nouvelle recrues sous mes ordres.
-il faudra les entraîner.
- Les cartographes de l'empire voudront également nommer cette ville, continua Assor.
-Notre ville, dit lentement Eralim, s'appelle Adralmanecha, ce qui signifie en langage elfe terreur du mal...
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 20:23

Voilà, elle est entièrement disponible ici.

Merci infiniement Tk , je sait pas ce que j'aurai fait sans toi !
Je sais que c'et long mais merci beaucoup àtous ceux qui la lisent (Tk, Nono, montblanc !!! etc... )
Tout commentaire laissé sincèrement m'est très important, même si vous n'aimez pas dites pourquoi.
Tout commenbtaire même sur le 1 er chapitre par exemple ou une partie de la fic serait cool de votre part
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Nono le Dim 4 Jan - 20:51

toujours aussi bien écrite Smile
encore bravo !

__________________________________
avatar
Nono
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Vierge Chèvre
Messages : 429
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/12/2008
Age : 26
Localisation : Bateau Volant

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Dim 4 Jan - 21:03

Merci beaucoup.
J'envisage de la continuer.

Bon j'y vais
A bientôt tout le monde.
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  tk le Lun 5 Jan - 2:48

Merci pour le comms Ol

Et vivement hate à la suite ^^
avatar
tk
Archer
Archer

Cancer Coq
Messages : 961
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 24
Localisation : Entre deux tranche de pains

Stats
Niveau: 1
HP :
35/35  (35/35)
MP :
18/18  (18/18)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.tae-noodle.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Montblanc!!! le Lun 5 Jan - 19:35

Ouiii on peut relire le best-seller d'OL!!!

__________________________________
Je suis un Mog lépanthrope!!! Kupo!

avatar
Montblanc!!!
Mage Noir
Mage Noir

Messages : 239
Réputation : 2
Date d'inscription : 18/12/2008
Localisation : Ivalice, Port Baguba, avec mes frérots Luth et Nono!

Stats
Niveau: 1
HP :
26/26  (26/26)
MP :
27/27  (27/27)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Nono le Mar 6 Jan - 1:45

trop cool que tu veuilles la continuer, j'attends avec impatience !

__________________________________
avatar
Nono
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Vierge Chèvre
Messages : 429
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/12/2008
Age : 26
Localisation : Bateau Volant

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Mar 6 Jan - 21:23

En fait j'avais déjà commencé, mais j'ai aussi perdu la dizaine de page déjà faites...
Pas grave, l'histoire a eu le temps de bien maturer dans ma tête pendant un an et demi.
Je vais regrouper ma fic en trois tomes qui ont pour objectif environ 150 pages chacun. C'est ambitieux et je doute réussir, mais dans la vie il faut mettre la barre haute Smile . Ce que vous avez lu servirait d'introduction et serait baptisé "la création d'Adralmanecha"

Pour les titres ce serait :

Prologue : la création d'adralmanecha
Adralmanecha 1 : Maître et Seigneur
Adralmanceha 2 : La traque ( mais je cherche mieux )
Adralmanecha 3 : Entre ombre et lumière.

A +
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Mar 6 Jan - 22:50

Yess j'ai retrouvé l'ordi !
En fait j'ai déjà tapé 15 pages world.
Voilà le début de Maitre et Seigneur.

Prologue : la fuite
Otche relâcha la corde tendue de son arc. La flèche vola droit vers sa cible a une cinquantaine de mètre. et le cerf s’abreuvant à un ruisseau s’effondra.
L’homme alla au cervidé. Il sortit un couteau de chasseur et commença à dépecer l’animal à la hâte, séparant la peau de la bête qu’il pourrait revendre et la chair de l’animal qui constituerait sa seule nourriture pendant la semaine à venir.
Cela fait, il entera rapidement la carcasse pour ne pas attirer les rapaces sur les restes de la pauvre bête. Un éclair illumina le noir et la pluie déjà diluvienne gagna encore en intensité.
Otche se recueillit un instant : il remerciait l’âme de la bête pour ce qu’elle lui avait donné. L’homme vivait avec la nature, il lui fallait tuer des animaux pour survivre, mais il ne le faisait jamais par plaisir uniquement dans les cas les plus extrêmes, comme celui-ci…
Otche reprit sa route avec le même pas qu’ont les hommes traqués depuis toujours attentif à ne pas faire le moindre bruit et à l’écoute de tout son. Malgré ces précautions, il se déplaçait vite et se mouvait entre les arbres avec une facilité étonnante.
Il s’arrêta. L’orage grondait et les nuages lui cachaient la lune, ce qui l’empêchait de se repérer. Mais il avait d’autre moyen pour arriver à destination.
Il s’accroupit au pied d’un arbre et au bout de quelques seconde, il dut y voir quelque chose que lui seul pouvait observer. Il se redressa, modifia légèrement sa direction. Une silhouette parmi les arbres que nul ne peut voir. Pour les animaux sauvages, il n’a plus l’odeurs d’un ’homme tant il a marché sous la pluie, il sent comme la forêt. Une ombre parmi les ombres. Soudain il se jeta dans la boue, son manteau qui lui couvre la totalité du corps prit immédiatement la couleur du sol. Il a entendu des grognements de sangliers sauvages, des animaux pesant au moins une tonne et aux défenses suffisamment acérées pour transpercer un homme portant une armure complète. Otche s’aplatit dans la boue, il voudrait ne plus exister pas tant que ces bêtes seront près de lui. Patiemment, il attend que le troupeau parte. Dix minutes passent, les sangliers bougent enfin, ils s’éloignent, Otche se relève et les torrents qui coulent du ciel ont vite fait de le laver. Il remercie encore une fois les elfes qui lui ont donné ce manteau caméléon. Pendant un instant il retient l’eau de pluie entre ses mains. Aussitôt, les images qui le hantent depuis si longtemps reviennent, on y voit la mort, le sang et les larmes, la trahison et la dévastation ; c’est pour éviter cette vision de se réaliser qu’il court à travers les bois, peut-être sauvera-t-il des vies. Peut-être sera-t-il tué en essayant de le faire.
Otche laissa l’eau s’écouler entre ses mains. Depuis qu’il a eu quinze ans, date du massacre des siens par un orque noir surpuissant il a ce « pouvoir » il peut deviner une partie possible de l’avenir dans de l’eau. Il a fait la bêtise de révéler ce don à la ville qui l’a recueilli, il a été méprisé puis banni. Les hommes ne pouvaient souffrir qu’un des leurs puissent connaître ce que tous ignorent. Otche ne pensent pas s’être monté arrogant, il voulait même aider mais on l’a repoussé, on l’a montré du doigt, jusqu’à la nuit où ils ont décidé de le chasser. Traqué, méprisé, haïs pour un pouvoir qu’il n’a ni demandé ni choisi. Depuis il ne fréquente plus ces semblables et son nom a été oublié. Cela fait maintenant une demi-douzaine d’année, il vit seul personne ne partage ses courses dans la nuit qui ont la vie sauve pour enjeu. Il aide encore, en secret, sans être reconnu, il est haï par ceux qu’il a sauvé. Seul, il mène le plus beau de tous les combats…
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Olivier le Mar 6 Jan - 22:51

Chapitre 1 : Une Menace

« Les elfes noirs sont arrêtés juste après les rochers de Skatera et nous défient de venir les chercher… On fait quoi maintenant ?
Eralim regarda Nds’on qui venait de lui parler sans le voir. Au bout d’un instant il se reprit :
-Combien ont-ils d’arbalètes ?
-800 tout au plus, leurs principales forces se composent d’épéistes et de lancier.
-Ce qui fait en tout ? demanda Eralim
-Environ 2300 intervint Halof. De notre coté, nous atteignons tout juste 1500 guerriers.
La réunion d’état-major venait de commencer. Les principaux membres étaient Eralim, Halof, Nds’on et Assor qui rongeait son frein, comme à chaque fois qu’il était plongé dans l’inaction.
-Ils nous attendent en terrain découvert, pourquoi ne pas charger ? proposa t-il
Eralim qui avait l’habitude de son impatience répondit calmement.
-Premièrement parce que nous ne sommes pas assez nombreux, et deuxièmement parce que je ne comprend pas pourquoi ils se sont arrêtés ici, alors qu’il aurait mieux valu pour eux stopper dans les rochers et nous attendre. Ainsi nous n’aurions pas pu utiliser la cavalerie d’Assor qui n’aurait pas pu pénétrer dans les défilés étroit de Skatera.
-Alors ? Interrogea Halof, perplexe
-Nds’on, tu vas installer tes archers dans les rochers que les elfes noirs viennent de quitter, pour leur couper la retraite. Dis leur de se dissimuler parmi les rochers, il faut qu’ils puissent tous les tuer si ils veulent s’enfuir. Halof, tu places tes épéistes à leur droite pour les empêcher de se replier de ce coté là. Nous allons attendre les renforts des balistes.
Eralim se leva
- D’ici trois jours, nous en aurons fini avec ce détachement. Puisse vos armes rester aiguisées »
La réunion prit fin ainsi, chacun regagna son régiment, Nds’on et Halof se préparèrent chacun de leur coté à exécuter les ordres d’Eralim.
Le lieutenant des archers arriva au niveau des tentes de ses troupes et convoqua les chefs d’unités. Lorsqu’il arrivèrent il leur expliqua la situation.
« Nous allons aller nous mettre en embuscade dans les rochers de Skatera ; pour cela nous allons devoir contourner les ennemis. Nous partirons à la tombée de la nuit. Enveloppez un maximum vos armures et vos arc dans des chiffons.
Il se retourna et se retrouva nez à nez avec un de ses archers, nommé Ilistrim, qui ne se caractérisait pas par sa précision mais par la puissance de ses traits. Il commandait d’ailleurs le détachement des arcs long qui était lui même sous la direction de Nds’on.
« -Je ne pense pas que nous soyons indétectable avec de simples chiffons, affirma-t-il, nous ne feront que gagner du temps.
-Nous n’avons pas besoin de disparaître sans laisser de trace, même si ce serait idéal, nous devons simplement leur faire croire que nous seront très peu à nous déplacer, de manière à ce qu’ils ne réagissent pas.
-Lieutenant, autorisez moi à rester ici avec les arcs longs, nous utiliserons des flèches enflammée et nous pourront les attaquer la nuit et peut-être même tenter d’allumer un incendie dans leur campement.
De cette manière, il est certain qu’ils ne vous donneront pas la chasse.
Nds’on réfléchit un instant, puis choisi de cautionner Ilistrim :
« Très bien, bonne idée, allez vous mettre à la disposition d’Eralim. »
Cela dit, il entrepris de fourrer dans son armure et dans son carquois des chiffons en prévision de leur déplacement.

* * *

Fraya se retourna une énième fois pour compter dans la semi obscurité le nombre de chariot qui lui avait été affecté. Il fut rassurer en voyant qu’ils étaient tous là.
Pour sa première mission l’elfe, dans la force de l’age, ne voulait pas faillir à Eralim et à sa cité. Aussi, surveillait-il avec une certaine anxiété la demi-douzaine de chariot qui permettraient de monter sur le terrain deux balistes à répétition. Elles devaient être nécessaire puisse qu’il y a deux jours, Eralim les avaient fait mandée. Il était plutôt fière d’être commandant des deux machines, surtout parce que c’étaient les seul engins de siège que possédaient la ville pour l’instant. De cette manière il pensait bien être rapidement être appelé au front. Combattre dans la même bataille d’Eralim, même assez loin de lui, était un honneur pour tout elfe.
Il vit enfin le campement de son capitaine. Il se retourna une fois de plus, mais fit un signe de la main au conducteurs des chariots qui s’arrêtèrent. L’elfe s’avança, mais les autres semblaient l’avoir vu d’abord et trois silhouettes vinrent à sa rencontre : les trois sauveurs comme les appelaient les peuples humains et elfiques : Eralim, Nds’on et Halof.
Fraya s’arrêta et salua Eralim à la manière d’Adralmanecha : Il se frappa l’épaule gauche avec sa main droite, repliée en poing. Les trois répondirent de la même manière et leurs armures tintèrent clair.
« -J’espérais bien que vous viendriez avant la nuit, nous avons besoin de vous maintenant. Montez les balistes cette nuit, il faut qu’elles soient prêtes pour l’aube. Installez les aux extrémités gauches et droites de notre campement, mais ne tirez surtout pas tant que je ne l’aurais pas ordonné.
Le capitaine se tourna ensuite vers Nds’on.
-Demain, tirez à volonté tout de suite après les balistes pour déstabiliser encore plus nos ennemies. Ainsi nous réussirons peut-être à les maintenir dans le désordre et nous pourront charger avec Assor sans aucun problème.
Nds’on s’inclina un tout petit peu, ce qui était sa manière d’acquiescer.
Fraya s’avançait pour montrer à ses hommes où monter les balistes. En contrebas, à près de 300 mètres se trouvaient leurs ennemis. Ils étaient en train de finir leur repas et étaient sans doute en train de s’organiser pour la nuit. Leur camp s’étendait sur beaucoup d’espace et les feus qu’ils avaient allumés pour s’éclairer laissaient voir leur silhouettes obscure.
« -ils sont au moins 2000, souffla-t-il
-2300 en fait entendit t-il derrière lui.
Fraya se retourna et vit un archers elfe de haute taille et à la carrure impressionnante.
-Ilistrim, se présenta l’elfe,commandant du détachement des arcs longs sous la responsabilité de Nds’on puis Eralim pour la gloire d’Adralmanecha
-Fraya,commandant des armes de siège sous la responsabilité d’Eralim, pour la gloire d’Adralmanecha, répondit le lieutenant de la même manière, énonçant son grade puis ses supérieurs et enfin sa faction, comme le faisait les soldats se présentant. Les deux elfes se serrèrent la main.
Fraya héla ses subordonnés :
« Baliste une : installez vous à trente mètres à ma gauche. Baliste 2 tout à droite du campement. Dépêchez vous, montage cette nuit. On doit être prêt pour l’aube, ordres d’Eralim.
Les chariots contenants les balistes en pièces détachées se séparèrent en deux groupes de trois et chacun se dirigea là où Fraya l’avait demandé.
Ce dernier alla les aider dans leur travail.
Les elfes procédèrent très vite. Déballant très vite les pièces, puis, s’éclairant avec des torches, ils entreprirent d’installer tout d’abord la base de l’arme puis ils monteraient dessus les pièces permettant à l’artillerie de tourner et enfin l’arc gigantesque.
Resté seul, Ilistrim cria quelque chose que seul les archers de la ville pouvaient comprendre. Quelques minutes plus tard, la cinquantaine de soldat que comptait le régiment des arcs longs apparut.
« Les gars de Nds’on et de Halof sont près des elfes noirs, il est temps de faire notre boulot, enflammez les flèches.
Les archers s’exécutèrent, bandèrent leurs arc en visant les elfes noirs en contrebas.
« Tirez, commanda Ilistrim. »
Cinquante traits enflammés volèrent avec grâce sur les trois cents mètres qu’ils avaient à parcourir et allèrent se planter parmi les elfes noirs. Il était impossible de dire à cette distance si certain avait été touché.
Eralim, qui avait entendu Ilistrim, apparut derrière eux.
Sans qu’aucun ordre ait été donné, les archers préparèrent le prochain tire, et au signal d’Ilistrim, les flèches partirent pour la deuxième fois.
« Ecoutez, dit soudain Eralim.
Les archers qui préparaient un troisième tir s’immobilisèrent immédiatement.
En effet, par dessus la clameur du camp ennemi désorganisé, les elfes entendirent nettement une sorte de sifflement.
-Ils ripostent, hurla Ilistrim, à terre.
Les elfes noirs semblaient avoir eu le temps d’ajuster le tir de leurs puissantes arbalète à répétition. Ainsi, ils tiraient un très grand nombre de projectiles et ils multipliaient leurs chances de toucher.
« Eteignez les feus, cria Eralim, ils ne nous verront plus.
Aussitôt les cavaliers d’Assor qui étaient les seules troupes restées là s’empressèrent d’éparpiller les braises et de les recouvrir de terre.
« Ils sont passé, je pense souffla Eralim. Repos pour tous la bataille se déroulera demain, ajouta t-il avec force.
Cavaliers et Archers se relevèrent en enlevant la terre de leur armure.
Dès le lendemain ils serraient de retour à Adralmanecha, a moins qu’ils ne soient tués...

* * *
avatar
Olivier
Citoyen d'Ivalice
Citoyen d'Ivalice

Gémeaux Singe
Messages : 285
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/12/2008
Age : 25
Localisation : Yveline 78

Stats
Niveau: 0
HP :
10/10  (10/10)
MP :
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adralmanecha

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum